Les inconvénients d’une scolarité à Poudlard

Je me souviens encore de la première fois que j’ai lu Harry Potter. Il m’avait été prêté par un camarade de classe. J’avais été aussitôt fascinée par cet univers magique et ensorcelant. Comme beaucoup d’autres personnes, je voulais en faire partie et y faire mes études.

Pourtant, avec le recul, je me rends compte que Poudlard a d’énormes problèmes en matière de sécurité. Je doute même qu’elle aurait passé l’inspection scolaire. D’un autre côté, fréquenter un pensionnat présente toujours quelques risques. Il y a souvent des petits accidents lorsque de milliers d’adolescents vivent au même endroit pendant plusieurs mois. Pourtant, Poudlard a un niveau de dangerosité plus élevé à cause de l’apport de la magie. Grâce à celle-ci, pratiquement tout devient possible. Même sans tenir compte de la menace Voldemort, la sécurité de Poudlard ne répond pas aux normes en vigueur dans une école. En voici les raisons.

Il est quasiment impossible de surveiller les élèves

Même dans les écoles conventionnelles, il est impossible de garder un œil sur tous les élèves. À Poudlard, c’est carrément mission impossible. Le château est trop grand et possède de nombreuses dépendances.

De nombreux passages secrets permettent d’entrer et de quitter discrètement le château. Au cours de la saga, de nombreux personnages les empruntent sans se faire remarquer tels que les maraudeurs, Sirius Black dans le troisième tome, les jumeaux Weasley et Harry Potter.

En plus, le personnel est restreint à un directeur, un seul professeur pour chaque matière, un surveillant, une bibliothécaire, une infirmière et des elfes de maison pour le ménage. Tout ce beau monde ne peut donc pas surveiller correctement les élèves.

La rentrée des premières années

Il n’y a pas de réelle politique contre le harcèlement

Le harcèlement n’est pas exclusif à Poudlard. Mais les professeurs ne semblent pas s’en préoccuper, même si les élèves sont punis s’ils violent un règlement.

L’exemple le plus notable est celui d’Harry Potter qui a été harcelé pendant des semaines lors du tournoi des trois sorciers. Les élèves brandissaient des pancartes pour le décourager, faisaient des remarques sur ses chances de mourir pendant les épreuves et sur les articles de Rita Skeeter, et ce sans être inquiétés.

Certains professeurs s’y adonnent aussi. Rogue, par exemple, avait l’habitude d’humilier Harry et Neville Londubat en classe. Même le professeur Trelawney prenait Harry « comme sujet » en lui annonçant sans cesse sa mort.

La bande à Malefoy

Le recrutement des professeurs n’est pas rigoureux

Un poste à Poudlard équivaut pratiquement à un travail à vie, sauf si on décide de changer de métier. Les professeurs ne sont renouvelés que lorsqu’ils quittent leurs postes et ne sont pas assez nombreux pour les élèves.

La plupart des professeurs sont très compétents. Ils ont de grandes connaissances dans leurs domaines et sont capables de les transmettre. On peut citer les professeurs Lupin, McGonagall, Chourave, Flitwick et Slughorn.

Toutefois, les professeurs de Poudlard ne semblent pas avoir suivi une formation pour enseigner. Ils sont surtout choisis sur leurs compétences, plutôt que sur leurs talents de précepteurs.

Certains choix de professeurs laissent ainsi perplexes, surtout dans une certaine matière. Certains sont incompétents et ont mis la vie de leurs élèves en danger. D’autres ont une vision très rétrograde de l’enseignement et sur les punitions scolaires. Une enquête plus poussée aurait rapidement mise en évidence leurs lacunes. Aucun d’eux n’aurait ainsi passé l’entretien d’embauche.

Il est vrai que peu de personnes se présentaient au poste de Défense contre les forces du mal. Mais Dumbledore aurait dû se démener pour trouver d’autres personnes, au lieu de se contenter d’une andouille, d’une personne qui s’arrogeait des exploits des autres, d’un professeur qui amène des créatures dangereuses en cours, d’un ex Auror paranoïaque et d’une adepte des châtiments corporels.

Un lac où on peut se noyer près du château

C’est cool de se prélasser sur les bords d’un lac lorsque le temps s’y prête. Il est fait plusieurs fois mention d’élèves assis sur les rives du lac dans les livres.

L’accès à ce lac est très facile. La tradition veut même que les premières années l’empruntent lors de leur première rentrée à Poudlard. Aucune mesure de sécurité n’est prise en compte, surtout pour les élèves qui ne savent pas nager. Non seulement il est très profond, mais il habite aussi une véritable vie aquatique.

Lors de sa première rentrée, Dennis Crivey manqua de se noyer dans le lac en tombant de sa barque. Il fut ramené dans la barque par le calmar géant.

Harry Potter au fond du lac lors du tournoi des trois sorciers

Un arbre qui donne des coups.

Sérieusement, comment a-t-on pu planter un arbre capable d’aplatir les gens dans une école ?

Certes, le saule cogneur a été planté pour garder l’entrée de la cabane hurlante. Celle-ci était destinée à isoler Remus Lupin lors des nuits de pleine lune. Mais il aurait pu être planté dans un autre endroit, comme la forêt interdite.

C’est cet arbre qui a failli tué Harry et Ron après qu’ils l’aient heurté avec la voiture des Weasley. Dans le troisième tome, Harry et Hermione ont bataillé contre ses branches pour entrer dans la cabane hurlante.

Une forêt pas vraiment interdite

Les élèves de Poudlard n’ont pas le droit d’aller dans la forêt interdite, une règle que bon nombre d’élèves enfreignent.

Jugée très dangereuse, elle a comme même été installée près d’une école. En plus, les élèves y sont envoyés en guise de punition.

Très immense, il est facile de s’y perdre. Au cours des siècles, de nombreuses créatures, dont certaines très dangereuses, y ont élu domicile. On y trouve, entre autres, une meute de loups, un troupeau de centaures qui n’apprécient pas les humains, des accromentules ( araignées géantes qui apprécient la chaire humaine ).

Harry Potter et Drago Malefoy dans la forêt interdite en guise de punition

Un sport très dangereux

Le Quidditch est le sport le plus cool de la fiction. Il n’empêche qu’il est très dangereux. Dans ce sport, ce ne sont pas les adversaires qui sont les plus dangereux, mais le jeu en lui-même.

Le Quidditch se pratique à plusieurs mètres du sol, sur des balais, qui sont de véritables voitures de courses. Perdre le contrôle de son balai, c’est risquer une chute quasi mortelle.

Même si on parvient à tenir correctement son balai, on doit veiller à ne pas être touché par le cognard, dont le rôle est de frapper les joueurs et de les éjecter de leurs balais. Les batteurs accentuent ce rôle en envoyant le cognard sur les joueurs adverses.

Fait intéressant, la plupart des blessures d’Harry Potter et ses séjours à l’infirmerie de Poudlard ne sont pas dues à Voldemort, mais plutôt à sa pratique du Quidditch. En deuxième année, il s’est cassé le bras. Il est tombé de son balai en troisième année. En sixième année, il s’est évanoui en plein match après avoir reçu un cognard envoyé par son propre gardien.

Une scolarité à Poudlard n’est donc pas de tout repos. Entre le Quidditch et les professeurs capables de faire disparaître tous les os de votre bras et de ramener des créatures dangereuses en cours, vous aurez de la chance de poursuivre vos études sans le moindre accroc.

À lire aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s