Il était une fois, des méchants irrésistibles….

Qu’on les déteste ou qu’on les adore, les méchants ne laissent généralement pas indifférents. Certains, très bien écrits, font même de l’ombre aux héros. De manière générale, la popularité d’un roman, d’une série ou d’un film se mesure à celle de son méchant (ou de ses méchants ). Imaginez un instant, une histoire sans antagonistes, vous en conviendrez comme moi, qu’elle serait surement ennuyeuse. Les méchants permettent, aux héros de paraître sous leurs meilleurs jours, en minimisant leurs défauts. De plus, ils les aident à mûrir, en suscitant des situations tragiques. Enfin, ils donnent du suspense aux intrigues. Oui, sans méchants, les héros ne seraient rien.
Certains méchants suscitent une fascination plus ou moins malsaines selon les avis. Les raisons en sont multiples.
Une histoire personnelle tragique
On le sait, les histoires tragiques, on s’en délecte. Un personnage au passé tragique  s’humanise aux yeux des lecteurs ou des spectateurs. Pour un peu, on éprouverait de la compassion pour eux. Ainsi, lorsqu’il apprend que la mère de lord Voldemort avait préféré mourir plutôt que de prendre soin de celui-ci, Harry Potter éprouve presque de la pitié pour lui.
Ces histoires larmoyantes expliquent la personnalité du méchant et nous font penser : Ouf, ma vie n’est pas si merdique que ça !
 
 
 
t%C3%A9l%C3%A9chargement+%2817%29.jpg

 

 
 
En plus, être capable d’éprouver au moins un sentiment humain rend les méchants moins monstrueux. On peut citer, Cersei Lannister, qui malgré ses actes, éprouve un amour incommensurable pour ses enfants et Dark Vador qui trahit son maître pour sauver son fils.
A défaut d’avoir une histoire tragique, un passé mystérieux fait tout aussi bien l’affaire car cela attise la curiosité des spectateurs ou des lecteurs. Dans les comics et dans les films, le Jocker a un passé énigmatique. Il s’en sert d’ailleurs pour déstabiliser ses adversaires en leur racontant plusieurs histoires, toutes plus dramatiques les unes que les autres.
L’histoire personnelle d’un méchant doit exciter l’imagination des fans.
Un charisme à toute épreuve
Il ne s’agit pas uniquement de beauté physique, la laideur peut être tout aussi fascinante. Les créateurs ont tendance à affubler leurs méchants de caractères physiques particuliers, qui les rend uniques. Par exemple, les yeux écarlates, les narines en forme de fentes  rappelant un serpent sont caractéristiques du physique de Lord Voldemort. De même, le sourire permanent du Jocker permet de le définir.
Toutefois, un physique particulier ne suffit pas à faire entrer un méchant dans la légende. Un bon méchant doit avoir un grand charisme lui permettant d’avoir de l’ascendant sur ses victimes ou sur ses adeptes, leur faisant faire ses basses besognes. Un méchant qui se respecte ne peut pas tout faire tout seul, tout de même. En gros, il doit avoir des qualités de leader.
Dans la série La légende de Korra, Kuvira, qui est de loin la meilleure méchante de tout l’univers Avatar, parvient à convaincre plusieurs personnages de la suivre pour unifier le Royaume de la Terre et parvient à pacifier son pays. Adulée par de milliers de personnes, qui la considèrent comme une sauveuse, elle finit par se rendre lorsqu’elle constate qu’elle est devenue un véritable tyran.
Cette capacité à attirer les gens, permet aux méchants de former des groupuscules, pour ne pas dire de petites armées, qui leurs sont fidèles et dont les membres sont prêts à mourir pour eux. On peut citer les mangemorts de la saga Harry Potter et les Sangraves de la saga Tara Duncan.
En outre, le style vestimentaire ainsi que les comportements particuliers, comme une attitude théâtrale, sont aussi importants.
Kuvira la grande unificatrice
Un bras droit aussi charismatique que le méchant, si ce n’est plus
 
Il n’y a pas que les héros qui ont besoin d’acolytes. Les antagonistes ont en aussi besoin. Ce sont souvent leurs seuls hommes de confiance, à qui ils confient les tâches les plus importantes. Ils sont souvent complémentaires aux méchants, épousant leurs idéaux, se révélant aussi intelligents et parfois plus cruels et plus psychotiques que leurs chefs, envers lesquels ils éprouvent parfois des sentiments proches de l’obsession. Les bras droits sont aussi prêts à tout sacrifier pour les causes de leurs maîtres et obéissent à n’importe quelle consigne sans sourciller.

t%C3%A9l%C3%A9chargement+%2819%29.jpg
Une intelligence hors du commun
Un méchant stupide ne présente aucun intérêt, sauf s’il s’agit d’un sous-fifre de moindre importance. J’adore voir un méchant surpasser un héros, rien qu’en utilisant son intelligence. Lorsque je parle d’intelligence, je parle d’abord d’intelligence intellectuelle. Les génies qui préfèrent utiliser leurs intellects pour satisfaire leurs ambitions, plus ou moins éthiques, au lieu de changer positivement leur monde, sont particulièrement aimés par les fans. C’est le cas de Orochimaru, dans le manga Naruto, dont le but ultime est d’atteindre l’immortalité et d’apprendre tous les jutsu, qui n’hésite pas à faire des travaux sur des embryons, à assujettir des gens grâce à son sceaux maudit et à s’emparer du corps d’une personne tous les trois ans. Ajoutez à cela un physique de serpent, il n’a pas vraiment le profil d’une personne que l’on aimerait inviter à sa table, n’est-ce pas ?  Pourtant, il est toujours classé dans les sondages de popularité de Naruto ( 15ème, 26ème, 22ème, 27ème, 24ème ).
t%C3%A9l%C3%A9chargement+%2822%29.jpg
Pour que cela soit efficace, l’intelligence doit être alliée avec des capacités de manipulation et de stratège. La lutte entre le protagoniste et l’antagoniste doit ressembler à une partie d’échec, où chacun  rivalise d’ingéniosité pour battre son adversaire, en déplaçant chaque pion avec minutie.
Dans la saga littéraire l’épée de vérité, l’empereur Jagang se révèle être un adversaire de taille. Il faut tout de même être hyper intelligent pour lutter contre un authentique sourcier de vérité ! Hormis ses pouvoirs de marcher dans les rêves, qui lui permettent de contrôler tous les hommes sauf les fidèles du Seigneur Rahl, Jagang allient sa brutalité à sa soif de connaissances et surtout une grande patience qui lui permettent d’entreprendre ses projets. Ainsi, Il manipule les gens avec habileté, y compris le héros lui-même, et lance une épidémie de peste dans le monde, obligeant le héros à rechercher le remède au-delà du voile séparant le royaume des morts de celui des vivants. Il parvient aussi à trouver un moyen de retourner les pouvoirs de Richard Rahl contre lui. En outre, Jagang est un grand stratège militaire capable de s’adapter à toutes les manœuvres de ses ennemis.

 Jagang le juste by Evgenianita

La meilleure guerre psychologique est sans aucun doute celle de Yagami Raito ( Light en version française ) et L dans le manga Death Note. C’est un vrai plaisir de les voir échafauder des plans ingénieux et tenter chacun, de prendre l’ascendant sur l’autre.
Ils ont des nerfs d’acier
Y’en a marre des héros pleurnichards et impulsifs qui m’insupportent complètement. Les méchants ont généralement la capacité de garder leur calme, en toute circonstance, favorisée par leur patience. Cette mentalité leur permet d’ajuster leurs réactions à chaque situation et à masquer leurs activités illicites. Ainsi, l’empereur Palpatine parvient à gravir les échelons du pouvoir, tout en formant Dark Maul, en se créant une armée et à retourner Anakin Skywalker, le tout sans éveiller les soupçons de puissants Jedi, comme Maître Yoda.
t%C3%A9l%C3%A9chargement+%2824%29.jpg
Dark Sidious
source : première.fr
Ils ont des pouvoirs de ouf
Rien ne vaut que de suivre un combat titanesque entre un méchant et un héros. Qui ne s’est pas régalé devant l’arc Naruto VS Pain ? Si ce n’est pas le cas, tant pis pour vous.
Plus sérieusement, un protagoniste puissant se doit d’avoir un antagoniste à hauteur de ses dons. L’ajout des pouvoirs rend les duels plus épiques, plus sensationnels.
Dans la saga littéraire Héritage, Galbatorix est largement plus puissant que Eragon, grâce aux nombreux cœurs de dragons qu’il a volé. Son pouvoir le plus terrifiant est sans doute sa capacité d’asservir n’importe qui, comme il le fit avec Murtagh. Il faudra l’alliance de ce dernier et d’Eragon pour en venir à bout.

t%C3%A9l%C3%A9chargement+%2826%29.jpg
Galbatorix
Source : Pinterest.com

A défaut  d’avoir des pouvoirs, un méchant peut être doté  d’une grande connaissance en arts martiaux, être équipé d’armes conventionnelles ou d’armes Hi-Tech, le rendant aussi apte à combattre des individus dotés de pouvoirs. C’est le cas de Lex Luthor qui possède une armure qui lui permet de rivaliser avec Superman, du moins dans les comics.

Ils ont parfois des motivations justiciables

La fin justifie-t-elle les moyens ? Cette question est souvent présente dans la fiction, tous genres confondus. Certains antagonistes se battent pour un idéal, souvent utopique, qu’ils jugent transcendant, à tel point qu’il légitime leurs actes, du moins à leurs yeux.
Thanos, un méchant du MCU, a décimé la moitié de l’univers pour lutter contre le surpeuplement, estimant que l’univers courait à sa perte si rien n’était fait. D’une certaine manière, il n’avait pas tort. Le surpeuplement engendre la diminution des ressources vitales et la dégradation de l’environnement. Evidemment, cela ne justifie en aucun cas la perte de milliers de vies, mais cela permet de nous demander s’il était foncièrement mauvais.

Thanos, le titan fou

Ils passent parfois du côté obscur par amour

L’amour est l’émotion la plus captivante de l’homme. Depuis toujours, il gouverne les ardeurs, rompt les amitiés et provoque la chute de royaumes puissants. L’exemple le plus notable est la chute de Troie causée par l’enlèvement d’Hélène par Paris et ayant entrainée la mort de milliers de personnes dans L’Illiade.

Qu’un méchant éprouve ce sentiment trivial l’humanise aux yeux des spectateurs qui sont ainsi plus en mesure de comprendre ses actions. Dans le film La momie de 1999, Imhotep tombe amoureux d’Anck-Su-Namun, la favorite du pharaon Sethi Ier. Celle-ci assassine ce dernier après que les deux amants aient été surpris ensemble. En Châtiment, Imhotep est condamné à être enterré vivant avec des scorpions vivants, une sanction qui le transformera en zombie. Malgré les ennuis qu’a causé son amour pour sa belle, il n’aura de cesse de tenter de la ressusciter, dès sa libération, des milliers d’années plus tard, quitte à recourir à la nécromancie.

téléchargement (23)

Certains ne sont pas humains
Si voir des humains commettre d’actes atroces est insupportable, on peut se tourner vers des machines ou des extraterrestres. Difficile de parler des méchants non humains sans citer  Terminator, un robot envoyé dans le passé pour empêcher la naissance de John Connor par Skynet , une intelligence artificielle dont l’objectif est la suprématie des machines sur l’homme. Les questions posées par ce film en 1984, sur les conséquences de l’avènement de l’intelligence artificielle et des robots sont toujours d’actualité.
Ma préférence va aux agents de la matrice du film Matrix, surtout à l’agent Smith. Il est vraiment trop classe ! Après sa défaite face à Neo, l’agent Smith s’émancipe de la matrice et devient un virus, se multiplie jusqu’à devenir gênant pour celle-ci.

t%C3%A9l%C3%A9chargement+%2828%29.jpg

Leurs morts les font rentrer dans la légende
Pour un méchant, la mort coïncide  généralement avec la fin de l’histoire. Qu’elle soit extraordinaire ou fortement ordinaire, pour contraster avec le caractère mégalomane de certains méchants, elle doit marquer les esprits. Il n’ y a rien de plus jubilatoire que de voir un méchant trépasser, non pas à cause du héros, mais par ses propres actes mégalomanes.
Voici quelques morts de méchants que j’ai trouvé très jouissives :
-La mort de Voldemort dans Harry Potter : dans les romans, le seigneur des ténèbres meurt comme un homme ordinaire, après que son propre sort se soit retourné contre lui. Pas d’explosion, ni de désagrégation de corps, un sort bien mérité pour celui qui a voulu se soustraire à la mort.
-Dans la saga l’épée de vérité, Jagang est tué rapidement par celle qu’il avait fait souffrir, alors qu’il voulait être tué en public, à la manière d’un martyr. Il est enterré tout aussi rapidement dans une fosse commune.
-Dans la saga littéraire The mortal instruments, Valentin Morgenstern est un chasseur d’ombre extrémiste dont le but ultime est l’anéantissement des créatures obscures, un parallèle que je fais avec le racisme. Il est finalement tué par l’ange Raziel qu’il avait lui même invoqué, après que sa fille Clary ait modifié la rune qui le protégeait de celui-ci.
Et la palme d’or revient aux….antihéros
Les antihéros ont actuellement le vent en poupe, probablement parce qu’il est plus facile de s’identifier à eux plutôt qu’aux héros classiques. N’étant pas vraiment des méchants, sans être des gentils pour autant, ils représentent mieux la moralité humaine avec sa dualité entre le bien et le mal.
L’antihéros devient, bien malgré lui un héros, grâce à ses exploits sans avoir les caractéristiques physiques de celui-ci ( physique, comportement, etc. ), et sans manifester de caractère manichéen. Les antihéros ne se préoccupent pas des règles établies. Ils n’hésitent pas à les transgresser lorsqu’ils le jugent nécessaire, mais ont tout de même une certaine éthique qui les empêche de basculer totalement du côté obscur.
Je ne m’épancherai pas sur le célébrissime Jack Sparrow,  mais parlerai plutôt de Artemis Fowl. Au début de la saga littéraire, il est présenté comme un criminel de génie, pour s’amender au fur et à mesure, jusqu’à devenir un héros.
téléchargement (18)

Et qu’en est-il psychologiquement ?
Regarder un méchant tout détruire sur son passage est peut-être un moyen de satisfaire inconsciemment nos pulsions les plus inavouables. Combien de fois n’avons-nous pas rêver d’étrangler une personne qui nous avait contrarié ou de détruire le monde pour le reconstruire à notre image ?
De plus, il est très sécurisant de regarder des films ou de lire des livres catastrophes sans quitter la sécurité de son fauteuil. Cela donne une certaine impression de sécurité puisque les événements présentés sont fictifs. L’engouement du public pour les méchants peut aussi être perçu comme un besoin fondamental de détester quelque chose.
A moins que ce soit uniquement parce que les méchants nous donnent l’impression, illusoire, d’être gentils ?
Les méchants cristallisent toutes les émotions, allant de la haine, à l’adoration ou parfois à l’obsession. Le meilleur méchant est celui qui est dépouillé de tout manichéisme. Une partie du succès de l’œuvre lui est dévolu. Nous terminerons par la citation d’Alfred Hitchcock : « Meilleur est le méchant, meilleur est le film. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s