Legend of the seeker VS l’épée de vérité

Il est assez difficile de comparer un livre de son adaptation télévisée. En effet, bien qu’elle intègre d’ éléments originaux, une série télévisée est généralement différente du livre dont elle a été tiré. Legend of the Seeker ne fait pas exception à cette règle. Les concepteurs de la série ont réussi à retranscrire l’univers de la saga tout en le changeant radicalement.
Contrairement à beaucoup de fans, j’éprouve une véritable affection pour cette série.  Cela est sans doute dû au fait que j’ai vu la série avant de lire les livres. Bien que certains éléments de la saga ait été améliorés, d’autres par contre, indispensables, ont carrément été changés voire omis.

Ce que j’ai aimé

Les paysages

Il faut le reconnaître, les décors de la série sont sublimes. Tournés en Nouvelle Zélande, ils rappellent un peu ceux du « seigneur des anneaux ».

Les costumes et les armes sont magnifiques

Si les costumes de Richard, de Kahlan, de Zedd et des mord-sith correspondent assez bien à la description qu’on en fait dans les livres, il n’en est pas de même de ceux des soldats d’haran et des sœurs de la lumière.
Dans les livres les sœurs portent des vêtements pouvant être sexy comme austères. Alors que dans la série, elles portent généralement des robes rouges avec un voile transparent. Le fait qu’elles soient toutes habillées de la même façon leur donne une forme d’individualité, dans la mesure où il est difficile de les distinguer quand elles sont voilées.
                                        téléchargement (7)
Cela rend les sœurs de l’obscurité beaucoup plus flippantes. D’autant plus que seules les cheffes sont montrées sans voiles et elles sont souvent les seules à avoir des répliques. Les autres sont dissimulées sous leurs voiles et exécutent n’importe qu’elle ordre sans sourciller. Elles me font un peu penser aux agents du Dai Li de la série Avatar le dernier maître de l’air. Tout comme les sœurs de l’obscurité, les agents du Dai Li portent de longues robes. Leurs visages sont aussi dissimulés sous un chapeau chinois. Enfin, ils sont aussi furtifs, aussi précis et aussi meurtriers qu’elles.
Le dacra est aussi plus stylisé. Il est présenté comme une grande étoile à trois pointes faite d’anneaux oblongs pouvant être pliés. Il peut aussi être utilisé comme une arme de jet. Alors que, dans la saga , il est présenté comme un simple couteau dont la lame à été remplacée par une tige d’argent. En plus de tuer, il permet aussi de voler les pouvoirs d’une personne.
                                                  téléchargement (6)
L’uniforme des mord-sith est aussi plus stylisé. Je trouve aussi plus réaliste qu’elles se battent avec deux agiels. L’un pour contrer la lame de l’épée et l’autre pour tuer leurs ennemis. Il est aussi plus réaliste que les agiels soient portés à la ceinture qu’aux poignets et qu’ils  fassent souffrir toutes personnes qui les touchent. Dans la saga, l’agiel ne fait souffrir que si on a été dressé avec ou si son possesseur souhaite le faire. Ainsi, dans le tome un, Denna permet à la détestable princesse Violette de torturer Richard, sans que cela ne l’affecte. En plus, le fait que les mord-sith retournent les pouvoirs contre l’envoyeur, donne à celui-ci plus de chance de s’en sortir. Cela crée plus de suspense.
                                              telechargement-8
Le souffle de vie est aussi plus réaliste. Dans la série, il est représenté comme une brume blanche introduit dans la bouche d’un mort pour le ressusciter. Il s’agit donc d’une résurrection et non  d’une réanimation  comme dans les livres (c’est simplement du bouche à bouche).

Les personnages

D’une manière générale, les caractères des personnages de la série sont assez proches de ceux de l’écran. Quand je pense à Kahlan, à Cara à Zedd, et à Denna, ce sont les acteurs Bridget Reagan, Tabrett Bethel, Bruce Spence et Jessica Marais qui me viennent à l’esprit. Même la reine Milena et la princesse Violette, qui n’apparaissent que dans une épisode, brillent à l’écran. 
 
Cependant, Richard a moins de panache que son homologue des livres. Et c’est vraiment dommage, étant donné qu’il est le personnage principal.
En revanche, Darken Rahl est plus charismatique à l’écran que dans les livres.
 
 

Le pouvoir de détection du grinceur

Dans les livres, le grinceur perçoit ses proies s’ils sont immobiles ou s’ils courent. Il est finalement plus cohérent qu’il ne les détecte que s’ils bougent. Plusieurs animaux trouvent ainsi leurs proies , comme les fourmis qui sont aveugles.

La matérialisation de la brèche 

Contrairement dans les livres, après la déchirure du voile, une brèche apparaît dans le monde. Au fur et à mesure que le pouvoir du gardien augmente, celles-ci se multiplient. C’est une bonne manière de montrer l’approche de la fin du monde.
 
 
 
  • Ce que j’ai moins aimé

 
 

La description des prophéties

La première prophétie évoquée dans la série, désigne Richard comme une sorte de messie. Cela est accentué par le massacre des nouveau-nés de Brennidon, le jour de la naissance de Richard.
Il est vrai que les prophéties sont très présentes dans les livres. Mais au moins, elles sont écrites sous forme d’énigmes, si bien qu’il est pratiquement impossible de les appréhender, sauf si on est un prophète.
Les retranscrire directement était une véritable erreur. En plus, elles sont envoyées directement par « la créatrice », comme si elle n’avait rien de mieux à faire. Cela leur donne un caractère d’inéluctabilité qui diminue le suspense. Pire que ça, Richard est né parce que son père a décidé de réalise une prophétie.

Les formules magiques

Après que Richard  ait été piqué par une liane-serpent, Zedd le guérit en récitant un monologue, dans une longue spécialement créée pour l’occasion, durant plus de trois secondes. Je me suis tordue de rire en revisionnant cette scène. Il faut bien l’avouer, il est franchement RI-DI-CU-LE.
Pour info, je n’ai rien contre les formules magiques. Celles de Harry Potter sont mes préférées ! Quant à celles des sœurs Halliwell, bien qu’elles soient longues, elles sont retranscrites en anglais, ce qui accentue le fait qu’elles ordonnent à une chose de se réaliser.
Dans une série télévisée ou dans un film, un mage doit avoir une certaine prestance, de sorte à ne pas ressembler à un magicien de bas étage, comme on en voit dans certains spectacles de magie. Et dans ladite scène, Zedd donne malheureusement cette impression.
Heureusement, la magie devient beaucoup plus spectaculaire par la suite, même si de temps en temps des formules ridicules sont prononcées.
Dans les livres, la pratique de la magie est plus instinctive. Il faut d’abord  entrer en contact avec son Han, puis souhaiter une chose. Les sorts les plus complexes nécessitent, entre autre, de tracer des pictogrammes sur le sol  avec du sable de sorcier.

Le rôle du sourcier

Finalement le seul rôle de Richard dans la série semble être de combattre les méchants et son seul talent semble être l’escrime. De même sa nomination est biaisée. Il suffit juste d’être capable de lire le journal des ombres recensées ou d’être désigné par une prophétie ou encore d’être désigné par une voyante. Dans les livres, le sourcier est nommé en fonction de ses qualités. Et il doit d’abord être observé pendant de nombreuses années.

« Un sourcier est un homme – parfois une femme – qui n’a de comptes à rendre qu’à  lui-même. Sa seule loi, c’est ce qu’il pense. L’épée lui revient et elle fera tout ce qu’il lui demande. Dans les limites de sa propre force, il peut contraindre n’importe qui à répondre à ses questions. »

                                 Zedd à Richard : La première leçon du sorcier
 
Le sourcier est décrit comme une personne qui cherche des réponses à tous les problèmes qu’il rencontre et aspire aux solutions qui aideront tout le monde. En fait, le sourcier ne se soumet pas aux lois préétablies, y compris aux prophéties. Il me fait un peu penser à l’avatar (Avatar, le dernier maître de l’air ). 
 
 Les pouvoirs de l’épée de vérité ne sont pas tous évoqués dans la série. Par exemple, il n’est pas dit que l’épée ne combat que ce que le sourcier juge menaçant. Il en est de même pour « sa magie blanche » qui permet de tuer même une personne jugée innocente. 

La nature des flammes-nuits

Les flammes-nuits sont l’une de mes créatures préférées de la saga. Et c’est très décevant de les voir réduites à de simples détecteurs d’êtres magiques et comme un simple moyen de traverser les frontières magiques. Elles ne sont même pas capables de parler dans la série. On dirait de simples animaux, qui ne sont même pas capables de se défendre ( leur forêt est détruite par les partisans de Darken Rahl dans la saison 2).
 
Dans les livres, les flammes-nuits sont des êtres très intelligents, capables de réfléchir, de tenir une conversation, et capables de se défendre. Lorsque Richard va dans leur royaume, il constate que l’entrée de leur forêt est jonchée de milliers de squelettes.
 

Il est trop facile de voler les pouvoirs

Il est possible de voler le Han d’une personne grâce au dacra. Toutefois, lorsqu’il est donné volontairement, l’utilisation du dacra ne semble pas être nécessaire. Cela est montré plusieurs fois dans la série : lorsque  Nicci vole le Han de certaines sœurs via le dacra, lorsque Richard donne ses pouvoirs à Nicci et lorsque les sœurs  de la lumière offrent leurs Hans à « la créatrice ».
 
Cependant, dans la saison 2, Nicci réussit à voler le pouvoir de Kahlan rien qu’en la touchant. Le pouvoir d’une inquisitrice étant différent de celui d’une magicienne, je trouve aberrant  qu’elle ait réussit à le lui voler aussi facilement. D’autant plus, qu’elle aurait due être convertie dans le processus. En effet, le moindre contact, si infime soit-il, avec le pouvoir d’une inquisitrice vaut de devenir immédiatement son esclave.
C’était une véritable facilité scénaristique. Et « comme par hasard », Nicci lui laisse ses pouvoirs et réussit à la convertir avec les propres pouvoirs de Kahlan. Je ne sais pas ce qu’il en ait pour vous, mais j’estime qu’elle aurait due être immunisée contre ses propres pouvoirs.

Le retour de Darken Rahl

Les livres, les séries et les films où les morts reviennent trop souvent à la vie, je les ai en horreur. Cela donne l’impression d’un combat sans fin et sans vainqueur. Il est ainsi plus difficile de déplorer la mort d’un personnage, puisqu’on sait qu’il va ressusciter. C’est d’ailleurs pourquoi, j’ai cessé de regarder « Vampire Diaries ». Je crois que pratiquement tous les personnages principaux y sont morts à un moment donné. 
 
Dans la série, il est possible de ressusciter grâce à une mord-sith ( le corps doit être pratiquement non abîmé ), ou en faisant un pacte avec le gardien, après la déchirure du voile. Les sœurs de l’obscurité peuvent aussi ramener une âme dans n’importe quel corps, avec le recours d’une mord-sith.
Nicci et Darken Rahl sont ainsi ressuscités, chacun dans un autre corps.
 
J’aimais bien Darken Rahl, mais après sa résurrection  et la capture de Nicci par les mord-sith, il est facile de deviner le déroulement de la saison 3 : Nicci aurait été dressée et aurait offert ses immenses pouvoirs à Darken Rahl. Puis il aurait reconquis le pouvoir, puisque la loyauté des mord-sith lui a toujours été acquise, et les soldats auraient finit par le suivre. Et Richard, en bon défenseur des opprimés, n’auraient pas eut d’autres choix que de l’affronter à nouveau. Même si je trouve qu’il aurait été difficile, voire même impossible qu’il y arrive. En effet, Nicci avait absorbé, en plus du Han de Richard, ceux de plusieurs sœurs, ce qui en faisait la personne la plus puissante au monde.
Il aurait été  plus logique d’introduire l’ordre impérial ou un autre méchant dans la saison 2. 
 

Le message des livres est occulté

Ce que l’on retient après avoir visionné Legend of the Seeker, c’est que le mal, c’est… mal.
Les livres sont bien plus profonds. La valeur de la vie, de la liberté , de la réflexion et du libre arbitre est évoquée dans tout au long de la saga. Et c’est vraiment dommage que la série soit si manichéenne.

Malgré les nombreuses critiques que j’ai émises, Legend of the Seeker reste l’une de mes séries préférées. C’est une série vraiment passionnante et les effets spéciaux sont correctes. Même si je trouve dommage que certains détails des livres aient été omis.
Mais une adaptation télévisée ne doit jamais être une vague copie d’un livre, sinon on  perd l’envie de la regarder, car il y aura une absence de suspense. La meilleure recette est un équilibre entre  l’univers des livres et l’ajout de nouveaux éléments. Et Legend of the Seeker réussit assez bien à le faire. N’en déplaise aux détracteurs de la série, elle a de nombreuses qualités. Pour apprécier cette série, il vaut mieux faire abstraction des livres.
 
 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s